Pour sa 16ème édition de 2001, le palmarès des Victoires de la Musique comptera cette année un nouveau trophée : celui du meilleur site Internet d’artiste.

Les organisateurs de la cérémonie officialisent ainsi l’importance sans cesse grandissante de cette nouvelle façon de communiquer, dont Tout Pour La Musique.com s’est fait, parfois l’artisan, souvent l’écho, notamment à travers la présente rubrique.

Les messages reçus à ce propos témoignent d’ailleurs abondamment du vif intérêt porté à ce média, et des attentes innombrables qu’il suscite auprès d’un public de fans, avide d’une relation conviviale et interactive avec son artiste préféré(e).

A la veille de l’attribution de ce trophée, il m’a semblé instructif de visiter l’ensemble des quelques 83 sites sélectionnés pour concourir. Que l’on se rassure, il n’est pas dans notre propos de nous livrer ici à un critique exhaustive de chacun d’eux, mais plutôt de tenter de brosser à grands traits un panorama de ce qui est censé se faire de mieux en la matière.

A travers ce large échantillon, c’est également une manière d’appréhender les différentes approches d’Internet, voire, d’y déceler un peu la personnalité de l’artiste.

Enfin, puisqu’il n’est pas question ici de palmarès, les quelques indications de sites que l’on trouvera ont servi avant tout à illustrer une facette de notre propos et ne constituent pas une appréciation globale à leur endroit.

D’emblée, ce qui détonne (si l’on peut dire), c’est la rassurante uniformité de la sélection : peu ou prou, l’ensemble des sites se présente de la même manière : une page d’accueil qui permet d’accéder, directement ou non, à l’univers de l’artiste à travers des liens incontournables : extraits audio, biographie, discographie, textes, photos, actualité, contact, auxquels s’ajoutent, pour bon nombre, vidéo-clips, interviews, goodies, forum, boutique et autre mailing-list, en bref, de quoi satisfaire tout à un chacun et à tout moment.

C’est à partir de la ‘mise en page’ que des différences sensibles apparaissent : choix des couleurs, des illustrations, de l’articulation des différentes rubriques, d’une édition bilingue, et de l’éventuelle animation (plugs-in Flash 4 ou Real Player). A cet égard, la facilité d’accès et de consultation des sites trouvent rapidement leurs limites, face à la sophistication de leur conception.

Que des artistes aient bénéficié d’importants moyens techniques et financiers (Alizée, Isabelle Boulay, Francis Cabrel) n’est pas pour surprendre. A l’inverse, les Rita Mitsouko, Renaud Hantson ou Dick Annegarn, se sont à l’évidence plus impliqués dans la création de leur site, dont la simplicité, la fraîcheur et même les maladresses ont quelque chose de sympathique.

Deux modes de fonctionnement coexistent donc, sans que l’amateurisme des uns ait à pâlir systématiquement du professionnalisme des autres. D’ailleurs, à vouloir trop en faire, dans l’animation par exemple, quelques sites en deviennent agaçants (Françoise Hardy, Alain Bashung).

Par ailleurs, il m’a paru curieux d’avoir sélectionné des sites inexistants (page blanche ou impossible à afficher : Quark, Superfunk), provisoire (Les Innocents), ou dont certaines pages étaient en construction ou encore, les actualités bien dépassées…

Enfin, pour en terminer sur l’aspect formel, nombre de sites sont de réelles réussites artistiques : CharlElie Couture, Stéphane Eicher, KDD, Téléphone, Zazie, Alizée, et quelques autres…

En matière de contenu, les artistes se sont massivement impliqués. Grâce au Net, ils ont en effet découvert le moyen de rassembler sous leur bannière des publics hétérogènes et géographiquement dispersés, auprès desquels les exigences d’une carrière n’autorisaient pas autre chose que des contacts épisodiques. Or, ce souci d’être proches de leurs fans se heurte à d’autres contingences : être présent sans l’être tout à fait.

Cette ambivalence est notamment sensible à travers l’aspect parfois ronflant de leur site, façon ‘sa vie, son œuvre’ : par compensation, la représentation qu’ils souhaitent donner d’eux-mêmes, l’évocation par des tiers de leurs projets, succès, qualités, souvenirs communs, est démesurée et quelquefois irritante (Axelle Red, Isabelle Boulay, Patrick Bruel, Michel Sardou).

On comprend qu’il est difficile de parler de soi, mais cette surabondance d’informations conduit au risible : ils semblent parler d’eux à la troisième personne. En outre, cette ‘mise en scène’ donne une image hypertrophiée de l’’artiste, le faisant paraître aussi éloigné qu’il peut l’être dans la réalité. Alizée, quant à elle, a sans doute peur que l’on oublie qu’elle se nomme… Alizée : outre son site, moi.alizée…, le pointeur vous le rappelle sans cesse et de manière sautillante.

On peut être plus simple, plus accessible et même ‘carrément marrant’ sans pour autant renier son statut (Java, Jean-Louis Aubert, Etienne Daho, Alain Souchon).

Au-delà de ce qui ne constitue bien souvent qu’un innocent travers, il convient de relever que tous les interprètes tentent de maintenir une certaine interactivité, en ce qu’elle représente le seul lien tangible qu’ils peuvent nouer avec leur public. La forme en est variable : emails, forums, mailing-list ou Livre d’Or. Mais là comme ailleurs, rien n’est parfait.

La complicité voulue et entretenue par ce biais, voire, le coté ‘tribu’ du langage, tournent parfois au ridicule. Zazie s’adresse ainsi à ses fans : ‘avis au petit peuple zazien’, ‘le Zaziatic Tour’, le Zinterviou’, et autres ‘zinventions’. Pour ne pas être en reste, ses admirateurs rivalisent d’ingéniosité linguistique : ‘o zazounette’,  ‘zoziotter de bonheur’, ‘zazicrouneurs’… Le dialogue a toutefois le mérite d’exister.

Dans un genre assez voisin, des questions adressées par email sont sélectionnées pour concocter ‘l’interview des internautes’ (Alizée). Le résultat est confondant de platitude. Gérald de Palmas invite ses visiteurs à laisser un commentaire ‘sympa’ dans son Livre d’Or. Sait-on jamais…

Ailleurs, (Michel Sardou, Téléphone, Gilbert Bécaud), on parle dans le vide ou à personne (Patrick Bruel : page en construction) et dans le meilleur des cas, on dialogue entre soi, sous l’attention –que l’on imagine bienveillante- du maître des lieux. Parfois, lorsque son emploi du temps le permet, on peut espérer qu’il se manifeste.

Quelques-uns pourtant, Maurane notamment, tentent avec bonheur de faire passer un peu plus d’’authenticité. A intervalles assez réguliers, non contente de répondre à quelques correspondants, elle s’épanche en toute simplicité sur des sujets aussi divers que ses lectures, ses projets, ses humeurs du moment, ses coups de cœur. La vie d’artiste, quoi…

On l’imagine sans peine, un tel inventaire ne se conclut pas aisément, tant la matière est riche, complexe, et se prête aussi bien à la critique, qu’au dithyrambe. Plus précisément, cette immersion dans des univers artistiques aussi multiples et différents – tant dans leur appréhension que dans leur représentation – suscite des sentiments contradictoires, oscillant entre une impression d’ensemble mitigée, et celle plus enthousiaste qui s’attache à tel ou tel site.

Sans doute ne font-ils que révéler la dualité des intentions de leurs inspirateurs, qui balancent entre promotion et désintéressement. La démarche en soi n’a pourtant rien de critiquable. Devenu aujourd’hui un media à part entière, l’utilisation d’Internet pour assurer une diffusion plus large de la musique, rencontre l’adhésion de tous.

A quelques exceptions près, la conception des sites m’est apparue globalement dictée par le souci de ‘l’image”, reléguant la communication au rang de l’accessoire, et leur mise en scène relever plus du marketing bien compris que de la volonté de partager entre un artiste et son public.

C’est d’ailleurs le sens des nombreux témoignages reçus à propos de ce genre de sites, généralement perçus comme de belles vitrines, et non comme des lieux d’échanges. Peut-être qu’un peu plus d’écoute et d’authenticité permettraient de rallier les suffrages de tout ceux dont l’admiration fervente ne rencontre apparemment que si peu d’écho.

On conviendra toutefois que l’exercice est malaisé, malgré les immenses potentialités de l’instrument Internet qui restent, pour une bonne part, encore inexploitées.

Artistes, à vous de jouer…!

Par Laurent HAVETTEFévrier 2001

Classement

“113” ONORATA SOCIETA/GLOBZ
www.113online.com
ALIZEE FKGB
www.moi-alizee.com
Dick ANNEGARN Dick ANNEGARN
www.annegarn.com
ASSASSIN   www.assassin-productions.fr
Jean-Louis AUBERT   www.jeanlouisaubert.com
AUTOUR DE LUCIE Vincent FRIOT
www.autourdelucie.com
BAOBAB “100%”
www.baobab-net.com
Llene BARNES SOLEIL NOIR
www.ilenebarnes.com
Phil BARNEY   www.philbarney.com
Alain BASHUNG Eric VIDONI
Jean-Marie BOURGEOIS
www.alainbashung.com.fr
Gilbert BECAUD   www.becaud.com
Isabelle BOULAY X PRIMA.COM
www.isabelleboulay.com
Dany BRILLANT FKGB
www.danybrillant.com
Patrick BRUEL BMG/IMMEDIA
www.patrickbruel.com
Stomy BUGSY TOKTO
www.stomybugsy.com
Francis CABREL Romain SOSSO
www.franciscabrel.com
Omar CHAKIL METAMEDIA
www.omarchakil.com
Alain CHAMFORT   www.sonymusic.fr/chamfort
CHARLELIE CHARLELIE
www.charlelie.com
Etienne DAHO Jérôme POINCHEVAL
www.etiennedaho.com
DE PALMAS VISUAL TECHNOLOGIES
www.depalmas.com.fr
Henri DES DDO
www.henrides.com
Benjamin DIAMOND CONTAGION/OUAH OUAH DESIGN
www.benjamindiamond.com
DJAMA Mathieu MARIN
www.cristalprod.com
DOCTOR L Edouard SALIER
www.doctorlonline.com
Stephan EICHER Stephan EICHER
Guillaume DUMONT
Jean-Louis DURALEK
www.stephaneicher.com
ELECTRO CYPHER   www.labels.tm.fr/electrocypher
F.F.F. NICTUS
www.fffmusic.com
FIAT LUX   perso.wanadoo.fr/fiatlux/
Patrick FIORI   www.patrickfiori.net
Brigitte FONTAINE   www.brigitte-fontaine.com
FREEMAN   www.361vinyl.com
Laurent GARNIER ISNPRO / graphisme : Seb JARNOT
www.laurentgarnier.com
Renaud HANTSON   www.hantson.com
Françoise HARDY Sophie BOUDEBBAH
www.francoise-hardy.com
JAVA Sofi MARCHAND
www.javasite.net
Michel JONASZ TOWERNET
www.micheljonasz.com
Anna KARINA GEDEON / Sébastien DUPOUEY
www.annakarina.com.fr
KDD SUBAKT
www.kddonline.com
KENT Thomas DELEPIERRE
Mathilde DAMOUR
Jean-Marie BOURGEOIS
www.kent.com.fr
KHEOPS   www.sadhill.com
KYO Edouard SALIER
www.kyomusic.com
LA GARDE   www.amoilagarde.com
LA TROUPE Nicolas ADOLPHI
www.latroupe.net
Manu LANVIN WARNER MUSIC France
www.manulanvin.com
LES HURLEURS Gregory TROWBRIDGE
www.hurleurs.com.fr
LES INNOCENTS   www.lesinnocents.com
LES NEGRESSES VERTES Philippe LECUYER
Cyril HENRY
www.negressesvertes.com
M Guillaume DUMONT
www.jedisaime.com
MAURANE TOTALZOO
www.maurane.com
MICKEY 3 D Jérémy ROZAN
www.mickey3d.com
MIRWAYS Christophe PORTIER
www.mirwaisonline.com
Rita MITSOUKO   www.ritamitsouko.com
Georges MOUSTAKI Murielle LAFFONT
www.creatweb.com/moustaki
Jean-Louis MURAT Jean-Louis MURAT
Laure DESBRUERES
Yann BERGHEAUD
Marie BENNETEAU
www.jlmurat.com
El Hadj N’DIAYE Sophie BACHELIER
mapage.noos.fr/siggimus
Claude NOUGARO LIFESIZE
www.nougaro.com
NUBIANS   www.lesnubians.com
Pascal PARISOT HAPPY DESIGN
www.pascalparisot.com
PASSI ISSAP PRODUCTIONS
www.passiweb.com
PHOENIX   www.phoenix-united.com
PREMIERE CLASSE   www.premiereclasse.fm
QUARK Sylvain MENDEZ
Lucas MONGIELLO
www.quarkweb.com
Axelle RED Marc CLAESSEN
Karin VANES
Nathalie VENDEUGE
SMALL
www.axellered.com
Henri SALVADOR EXXOS
www.henrisalvador.com
Michel SARDOU Isabelle CAVALLO
www.michelsardou.com
SAWT EL ATLAS www.sawt-el-atlas.com
Eric SERRA   www.ericserra.com
Gilles SERVAT   www.gillesservat.com
SILMARILS Stéphane N.
www.silmarils-fc.com
Yves SIMON   www.yves-simon.com
SIN   www.sin-music.com
SINCLAIR   www.sinclair.to
Bob SINCLAR PANTHER HOUSE/LA SHAMPOO
www.bobsinclar.com
Alain SOUCHON Charles SOUCHON
Aurélien CHEVALIER
www.alainsouchon.net
Alan STIVELL   www.alan-stivell.com
SUPERFLU Sébastien DRIQUE
www.superflu.com
SUPERFUNK   www.superfunk.net
TELEPHONE
I.puzzle
www.telephonelegroupe.com
THEOBALDI XEMPLE
www.theobaldi.com
TRYO TRYO
SELIM
www.tryo.com
ZAZIE FKGB / PANIAK Interactive
www.zazieonline.com
Julie ZENATTI CHEWING-COM
www.juliezenatti.com

Laisser un commentaire